Une voix qui nous manque déjà.
Tant de voix qu’on entend dans un bruit permanent
Bien trop pour ne rien dire, en dehors des slogans
Des pensées toutes prêtes, ou des idées simplistes
Tant de voix de tous ceux qui font leur tour de piste.
Tant de mots qui caressent mais dans le sens du poil
Ou des mots qui empêchent le réel de le voir
Des paroles qui ne soufflent les bons vents dans leurs voiles
Des discours qui hélas n’ouvrent que peu d’espoir.
Tant de flagornerie et de démagogie 
Des hérauts du rejet, des appels à la haine
Des marchands d’illusion qui ne prennent la peine
Ni d’écouter la science, ni de croire à la vie.
Au milieu de tout ça, de la cacophonie
En tendant bien l’oreille cependant on perçoit 
Parmi tout ce fatras qu’il y a d’autres voix 
Pleines d’intelligence et d’amour de la vie.
De celles qui incitent l’homme à réfléchir 
Lui disant qu’il mérite une vie plus heureuse
L’invitant à garder la main sur l’avenir
Sur les technologies lorsqu’elles sont malheureuses.
Les méfaits de l’argent, de la finance folle
La nature abîmée par les actions de l’homme
Les valeurs grâce auxquelles on ne perd la boussole
Et à côté de ça un bien joyeux bonhomme
La voix de Michel Serres combien elle manquera 
Mais la pensée qu’il laisse, elle nous restera.
Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com