Le temps nous manque.
Combien nous faudra-t-il de preuves accumulées 
Pour accepter de croire au pire devant nous
Nous sommes plus têtus que ne sont les mulets
Si eux c’est d’avancer, c’est de reculer nous.
Ceux que nous condamnons, ainsi, à disparaître 
C’est las d’autres que nous, ceux qui seront à naître
Tous ces petits enfants, puisque nous sommes maîtres
De cette destinée, que las ils vont connaître.
Débauche et gaspillage des dernières ressources
Pollution et poison dans les airs et les sources
Guerres de religion en guise d’idéal 
La bêtise aveugle mène toujours le bal.
Nous adhérons encore à un fatal système 
En dépit de ses crimes voilà que bien trop l’aiment
Il promet toujours plus, tout en tondant la laine
Sur le dos des moutons, la misère il sème.
Nous nous multiplions sans voir tous les problèmes 
Que la démographie effrénée entraîne 
Sur la planète bleue qu’on exploite sans trêve 
Quand à s’en échapper ce n’est toujours qu’un rêve.
Je suis comme Hulot, fatigué d’alerter
Quand les puissants sont sourds à vouloir tout changer
Quand c’est bien l’argent roi, qui pour tous est danger
Quand le temps à présent vient tant à nous manquer.
Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com