Cela n’empêche...
Bien sûr il y a encore des journées de printemps
Des sourires joyeux et les cris des enfants
Bien sûr on apprécie quand la chaude caresse
D’une brise d’été nous met dans l’allégresse 
Bien sûr il y a toujours cette voûte étoilée 
Qui invite aux rêves et aux baisers volés 
Bien sûr on peut encore s’allonger sur la plage
Où se coucher dans l’herbe dans de beaux paysages
Bien sûr il a l’amour qui n’a vraiment pas d’âge 
Qui en toutes saisons sait faire des ravages 
Bien sûr l’art est toujours en tableaux et en pages
Et la musique joue par dessus les nuages.
Bien sûr la joie existe jusqu’au cœur de nos danses
Sur la piste où nos pas vont nous mettre en transe 
Bien sûr l’espoir nous porte à croire au meilleur
Pour nos enfants demain et les hommes d’ailleurs
Pourtant cela n’empêche d’avoir aussi la vue
Le sentiment bientôt du paradis perdu.
Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com