Dans le mur.
Ton sourire charmeur et ton esprit agile
servent à merveille ton discours si habile
Mais sais-tu à quel point dans ce cas tu te trompes
Quand tu crois séduire le peuple que tu trompes ?
Tu sers sans faillir un système malade 
Pour mieux le servir c’est nous que tu balades
Tu corriges à la marge alors quelques erreurs
Mais sais-tu que c’est lui qui est pour nous dans l’erreur ?
Tu dis qu’à nous tous seuls on ne peut rien changer
Que c’est bien pour cela qu’il faut nous adapter
Nous adapter à quoi ? Au malheur que l’on vit ?
Ça sera bientôt pire, à ce que l’on dit !
La fuite en avant c’est ce que tu proposes
Avec des gardes fous sur le grand toboggan 
C’est ce projet hier soir, comment est ce que tu oses ?
Nous avoir présenté, et sans mettre de gants ?
Tu es si raisonnable et si compréhensif
Envers les gens qui souffrent et que tu as compris
Pourtant ton cœur est sourd et c’est définitif 
Tu vas droit dans le mur et c’est de parti-pris !
Nombreux seront bien sûr ceux qui vont applaudir
Voilà un président qui trace un avenir
Lui il sait où il va et donc nous le suivrons
Car ce joueur de flûte est vraiment un champion !
Nombreux seront aussi ceux qui crieront au fou !
Car à continuer, il se moque de nous
L’urgence climatique dans une commission !
C’est vraiment prendre ici tous les gens pour des cons !
On va rendre aux pauvres un peu de ce pognon
Qu’on a donné aux riches sans poser de question
On va changer un peu de nos institutions
Pour occuper les gens et calmer leurs passions.
On va leur faire croire qu’ils font les décisions
Qu’elle se trouve là quand c’est une illusion
Ce sont les grandes banques et les
Géants du net
Qui mènent le monde et tiennent la baguette.
Ils savent bien choisir ceux qui ont du talent
Au bout de leurs ficelles ils disent à leurs gens
Tout ce qu’il leur faut faire pour servir leur argent
Ils savent faire élire bien sûr des présidents.
Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com