Le partage.
Vous êtes si nombreux poètes et poétesses 
À écrire autant comme on va à la messe
Comment pourrais-je lire tous ces textes offerts
La page se remplit tous les jours, c’est l’enfer !
Vous êtes si nombreux à aller à confesse
Sur les réseaux sociaux jamais cela ne cesse
Comment pourriez vous lire alors dès qu’ils paraissent 
Tous mes propres écrits ? Ce n’est de la paresse.
Alors pardonnez-moi si je ne lis pas tout
Alors comprenez-moi si je ne parle à tous
Ce n’est en aucun cas marque d’indifférence 
Mais que le temps me manque, sans vous faire offense.
Aussi je vous absous de ne point réagir 
Aux textes que je soumets à votre bon plaisir
Lors combien sont précieux les mots que je recueille
Comment voudriez vous qu’aussi je vous en veuille ?
Je vois un avantage à cette diffusion
C’est pouvoir recueillir quelques rares impressions
Bien plus que par le livre, le recueil, le papier
Qui bien que plus réel demeure hélas muet.
Pour toucher des lecteurs, comment faire autrement
En avoir des milliers sur tous les continents
À moins d’être présent dans les bibliothèques 
Que l’on parle de vous, qu’on sache votre tête ?
Comme tous je ne crache sur la notoriété 
Mais ce n’est pas ma tasse ni de miel, ni de thé 
Mon souhait, le partage, la générosité 
Que je trouve avec vous, c’est cela qui me plaît.
Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com