Le sens.
J’ai écouté partout, j’ai bien tendu l’oreille
Aussi bien aux rochers, aux arbres, à mes pareils
Espérant y entendre de ces paroles vraies
Qui m’aurait révélé enfin tous les secrets.
Au profond d’une alcôve ou bien sur l’agora
En duo solitaire ou en foule au pas
J’ai guetté vainement pour que naissent ces mots
Et j’y attends toujours cet aggiornamento.
Sur les cimes ventées ou les forêts anciennes
Sur les chemins perdus, dans les prés et les plaines
Je me suis concentré sur les vents qui y traînent 
Je n’y ai rien compris en dépit de ma peine.
Allongé sur la grève dans le bruit du ressac
J’ai rêvé sur la mer ou erré sur un bac 
J’ai été emporté par ses rythmes prenants
Mais je n’ai rien saisi dans ces sons incessants.
Puis un jour tout soudain regardant les étoiles 
J’ai saisi un instant la magie de la toile
Il n’est point de langage, ce n’est que sensation
Dans l’ensemble des choses je suis aussi un pion.
Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com