Voyages et retours.
Bien des gens se reprochent de n’avoir pu connaître
Que leur propre foyer et les terres autour
Il rêve de partir du lieu qui les vit naître
Loin de cette maison où ils vinrent au jour.
L’attrait qu’ont les chemins ou les ports sur ces êtres 
Qui sont tous à leurs yeux de possibles fenêtres 
La forte séduction des routes et de la mer
Sur les rêves nourris par tous les sédentaires.
Bien d’autres qui regrettent une vie trop nomade 
Quand le tour de la terre a pris des couleurs fades
Qui se sont bien lassés, d’avoir à chaque étape 
Des portes à ouvrir, sur lesquelles ils tapent.
L’attrait qu’a un foyer, modeste mais tranquille
Où l’on peut se poser quand c’est trop difficile
La forte séduction d’une vie sans surprises
Sur tous les voyageurs, elle exerce sa prise.
Heureux sont tous ceux qui conjuguent ainsi leurs rêves 
Qui disposent des deux, dans une vie trop brève 
II découvrent le monde au gré de leurs envies
Puis retournent chez eux, pour vivre leur autre vie.
Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com