03 mars 2019

Le nombril.

Le nombril Pourtant ce n’est grand chose voyez ce petit creux Juste la trace qu’on garde d’un paradis heureux La marque du cordon qui nous y reliait Lorsque dans la matrice encore on baignait. Combien ne s’en guérissent de ce qu’ils ont perdu  Et sans cesse contemplent ce qui hélas n’est plus Au lieu de regarder le monde autour d’eux Ils trouvent leur propre être sans doute merveilleux. Ils croient que c’est le tout quand ce n’est que partie Ils pensent qu’ils sont tout quand ils sont si petits  Le nombril... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 mars 2019

Grognards.

Grognards. Lorsque l’on parle d’eux, c’est souvent au pluriel Car les grognards étaient en nombre sous le ciel Faisant la vieille garde du grand Napoléon La crème de la crème de tous ses bataillons. Ils s’étaient distingués dans beaucoup de batailles Il fallait des années passées sous la mitraille Pour être alors admis jusque au sein des seins Dans tous ces régiments qui avaient pour dessein D’être plus valeureux que tout autre armée  D’avoir pour l’empereur dévotion sacrée  Ils portaient la moustache en... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 mars 2019

Pourquoi j’écris..

  pourquoi j’écris ? Voilà une question qui appelle réponse  A ce nouveau défi, moi point je ne renonce. J’ai avec notre langue de biens anciens rapports Renforcés je le crois par mes deux parents profs Professeur de français ils ont bien insisté  Sur ses pièges nombreux et ses subtilités. J’ai longtemps beaucoup lu avec cette impression Que je n’avais à dire plus que bien de ces sages En dépit des conseils et des invitations De ceux qui me disaient de me mettre à l’ouvrage. Puis en 2015 j’ai connu... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 mars 2019

C’est à se demander.

C’est à se demander...   Le soleil est partout, chaque cristal de neige En renvoie les rayons puis il se désagrège  Ils foisonnent à milliards sur la piste ouverte Où nos raquettes glissent et où nos pas se perdent   Par un hiver trop doux sous des cieux bleu azur On marche peu couverts, vue la température On goûte ce plaisir de voir cette nature Comme elle était avant que l’homme s’y aventure.   Ces rochers, ces forêts de sapins tourmentés  Courbés, tordus, pliés par des vents sans pitié  ... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 mars 2019

La peur du vide.

  La peur du vide.   Quelque chose est brisé mais je ne sais pas quoi Elle a disparu je ne sais pas pourquoi Elle était toujours là, elle était en moi Et je ne sens plus rien vibrer au fond de moi.   Quelque chose s’est éteint qui vivait quelque part Qui était bien tapie, une partie de moi Mais la voilà partie, est-ce bien un hasard C’est hélas comme ça, je ne sais pas pourquoi.   S’est-elle assoupie fatiguée d’agiter En moi ces remuements dont je suis traversé  Ou bien est-elle morte ou au... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 mars 2019

D’ou Je viens

  d’où je viens A ce défi c’est sûr, de répondre j’y tiens Vous saurez tout de moi, et bien sûr d’où je viens. J’ai cette grande chance que d’avoir des racines De savoir grâce à elle pourquoi tant je m’incline Vers ces valeurs humaines pour qui se sont battues Bien des générations à présent disparues. Ma grande sœur a pu dresser ce si bel arbre Ma généalogie est gravée dans le marbre Faite de gens du peuple issus d’Occitanie Et de métiers utiles, pas d’aristocratie. Lentement mes ancêtres ont bien su... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 mars 2019

Au coin des rues

Au coin des rues. Elle m’était apparue sous un beau clair de lune Quand j’étais en tournée un soir à Pampelune Je ne me doutais point alors que c’était l’une De celles qui suivirent, j’ai oublié chacune. Étrange apparition des soirs de beuverie Ou bien douce illusion donnée aux cœurs meurtris Tendre consolation de Rome à Paris Tous les corps sont fleuris, lorsqu’ils sont ainsi pris. Qu’ont-elles retenu de cet homme grivois Qui ne sait ce qu’il dit lorsque bien trop il boit Ont-elles deviné ce que moi seul y voit Un... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 mars 2019

Pas de sitôt.

Pas de sitôt. Ce n’est pas de sitôt que je rendrai ma plume Pas même mon stylo, mon crayon, mon calame Cela sera très tard, sachez que je l’assume Tant que s’épancheront et mon coeur et mon âme. Ne vous attendez pas à ce que je renonce Étonnez-vous un jour si j’en faisais l’annonce Tant qu’il me restera quelque souffle de vie De toutes mes fibres j’écrirai mes envies, Mes envies de meilleur, mes désirs de raison Mes espoirs de bonheur, mes humeurs de saison Mes attentes patientes, mes rages, mes colères  Mes... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 mars 2019

Sur les quais.

Sur les quais. Je erre sur les quais d’un port imaginaire Qui vit là tout au bord de mes mers intérieures  Je me permets d’y prendre parfois une galère  Ou à d’autres moments une barque légère, Pour m’en aller voguer par delà l’horizon Vers des îles lointaines aux senteurs de coco Ou pour y caboter sans aucune raison Sinon de me noyer dans leurs profondes eaux. Quand d’autres ont des jardins pour garder leurs secrets J’ai moi des océans où noyer mes regrets Quand beaucoup y cultivent leurs souvenirs... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 mars 2019

Palette.

Palette Le ciel en était rouge, et des ombres violettes Jouaient sous les nuages, le fameux rayon vert Allait jaillir un jour à l'horizon, je guette A l'affût du soleil dont je vois qu'il se perd. Le jaune des genêts pâlit sur les coteaux Le ciel autrefois bleu, vire au noir profond Quand vient le crépuscule, tout au fond se confond Les couleurs et les formes disparaissent bientôt. Alors on voit briller sur la voûte étoilée  Par myriades ordonnées, tant de lumières blanches La lune apparaît beau disque argenté ... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]