26 mars 2019

La tête sur l’oreiller.

Duo de plumes Daniele LABRANCHE et Pierre-Jean BOUTET La tête sur l’oreiller Une lumière étrange la baignait ce jour là  Caressant son visage d’une légère aura Sa tête sur l’oreiller reposait sans combat Sa bouche arborait un sourire béat. Elle voulait encore prolonger ce plaisir Se le remémorant sous ses paupières closes, De temps en temps laissait s'échapper un soupir, Éloignant pour un temps, toutes pensées moroses. Songeant l’été dernier aux dernières vacances Elle entrait alors dans son adolescence ... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 mars 2019

Pas grand chose, un combat.

Pas grand chose, un combat. Un geste maladroit, ou bien un mot de trop Et voilà la confiance qui s’enfuit au galop Pour un peu, pas grand chose, un écart, un faux pas Une liaison se brise ou plus vole en éclats. Parfois une fêlure qu’on ne voit même pas Ou bien une rature apportée au contrat Une simple aventure qui comptait même pas Mais pour l’autre une injure qu’il ne pardonne pas. Une pauvre habitude qui remplace la joie Souvent la lassitude jusqu’au sein des ébats  Quand vient la solitude même si l’autre est... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 mars 2019

Coups de crayons.

  Coups de crayons. Tu écris, j’écris, nous écrivons  Tu cries, je crie, nous crions À la pointe de nos crayons Parfois même nous en rions ! Nous nous prenons tous pour des lions Quand nous ne sommes que des pions Par poésies, nous nous lions Par la langue que nous pillons. Tu dis, je dis et nous disons Du fond du cœur, de nos passions De nos erreurs, de nos prisons Nos folies et nos déraisons. Nous nous prenons pour des champions Quand nous sommes des lumignons Cherchant la bonne direction Comme... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 mars 2019

A mille lieux

À mille lieux. Il s’installe sans tarder au creux de nos jours mornes  Tout vide il remplit, son emprise est énorme  On en reste à l’abri pourvu que l’on s’agite Quand l’agenda est vide, comme il arrive vite. Pourtant j’aime l’ennui quand il laisse la place Aux instants immobiles dont jamais ne me lasse Ces moments si précieux où l’esprit se déplace  Quand l’action a cessé et n’est plus si tenace. C’est dans cette béance que j’installe mes mots Ils deviennent évidence quand je suis au repos Un autre... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 mars 2019

Lorsque j’ouvris les yeux

Lorsque j’ouvris les yeux. Elle m’a saisi un jour, j’ouvrais enfin les yeux Elle m’était invisible jusque là, c’est curieux Était-ce mon regard qui ce jour là changeait Où est-ce dans mon cœur qu’elle avait pénétré ? Pour beaucoup je le sais, elle est évidence  D’elle naît l’émotion qui au fond de nous danse On ne sait pas vraiment comme on la définit Elle s’exprime partout, où règne l’harmonie. Ce jour là savez-vous elle était un sourire Au milieu d’un visage rempli de joie de vivre C’était cette chaleur qui m’a... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 mars 2019

Pour mieux l’apprivoiser

Pour mieux l’apprivoiser. J’en conviens, j’ai menti, trop de forfanterie Car lorsque tout va bien, c’est alors qu’on en rit Quand le corps va plus mal et que tout se déglingue  Alors la peur nous vient à en devenir dingue. On la sent là tout près tournant comme un vautour L’air devient oppressant et l’esprit est plus lourd Elle imprègne aussi parfois tout le décor  L’atmosphère est plombée par cette odeur de mort. Elle guette ce moment où on lâchera prise Elle sait que l’on n’échappe jamais à son emprise ... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 mars 2019

Les romantiques

  Les romantiques. Ma PETITE t’insiste, je vais donc te le dire Comment font les ANDOUILLES mais tu vas me maudire Observe le MANÈGE de ces gars en goguette Ils cherchent un BAISER ou plus une amourette. Ils rêvent déjà d’un BAIN au PÉTALE de fleurs Plongés sous le SOLEIL et tout à leur bonheur Sur le BOUTON fantasme ils appuient les couillons Pensant que la JOUISSANCE tout au bout ils auront. Certains prennent pour DROGUE juste de l’ASPIRINE Resteront pour toujours au bord de la piscine Ils y trempent l’ORTEIL... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 mars 2019

Les vieux carnets.

Les vieux carnets. Que pourrait-il rester au vieillard fatigué ? Qu’une interrogation, espoir de fin prochaine. Il lui suffit de voir ses traits ratatinés  Là-bas dans le miroir, le fauteuil qui l’enchaîne. A quoi peut-il songer ? À ces rares visites  Où son cœur ne bat fort, car plus rien ne l’excite, À tous ces souvenirs qui jalonne l’histoire D’un homme affalé dans un triste mouroir. Qui s’intéresse à lui, qui fut pourtant superbe ? Il se revoit jeune homme, courant vite dans l’herbe Entouré des enfants,... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 mars 2019

La clef.

  La clef. Jamais encore il n’avait vu, car ses vrais yeux étaient fermés  Jusque là il s’était perdu, et avait presque abandonné  L’ardente quête de l’inconnu, au delà des réalités  De celles qui ne sont perçues, que par les rares initiés. À présent il sait voyager le long des algues serpentines  Il aime à aller s’y perdre dans ses pensées éléphantines  Là où rien n’est pour présager, malgré les formules latines Que l’on peut tout imaginer, sans que le temps ne le patine. Il n’appartient... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 mars 2019

L’enfer.

L’enfer. Tu n’aimes pas son goût amer Ni ta colère lorsque tu perds  On le devine rien qu’à ta tête  Lorsque tu vis une défaite. Tu en veux plus à toi même  Au point qu’alors tu ne t’aimes Tu te laisses prendre au jeu Que soit ou non grand son enjeu. Tu incrimines la malchance  L’autre en a eu bien plus que toi Ton amour propre est en balance Et perdre te met en émoi. Pourtant bientôt tu y retournes  En te disant que cette fois La roue comme on le sait tourne Ce sera bien enfin pour... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]