Pas grand chose, un combat.
Un geste maladroit, ou bien un mot de trop
Et voilà la confiance qui s’enfuit au galop
Pour un peu, pas grand chose, un écart, un faux pas
Une liaison se brise ou plus vole en éclats.
Parfois une fêlure qu’on ne voit même pas
Ou bien une rature apportée au contrat
Une simple aventure qui comptait même pas
Mais pour l’autre une injure qu’il ne pardonne pas.
Une pauvre habitude qui remplace la joie
Souvent la lassitude jusqu’au sein des ébats 
Quand vient la solitude même si l’autre est là 
Il y a combien d’études qui ont tout dit sur ça ?
Vivre la vie à deux, ça reste un défi 
Pour y être heureux, il faut rester unis
C’est toujours merveilleux, si on reste surpris
Et c’est encore mieux, si je t’aime on se dit.
Si on est attentif même après des années 
Et interrogatif sur tout ce qui lui plaît 
C’est trop rébarbatif, si on devient muet 
Faut être combatif, dans le projet d’aimer.
Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com