Lorsque j’ouvris les yeux.
Elle m’a saisi un jour, j’ouvrais enfin les yeux
Elle m’était invisible jusque là, c’est curieux
Était-ce mon regard qui ce jour là changeait
Où est-ce dans mon cœur qu’elle avait pénétré ?
Pour beaucoup je le sais, elle est évidence 
D’elle naît l’émotion qui au fond de nous danse
On ne sait pas vraiment comme on la définit
Elle s’exprime partout, où règne l’harmonie.
Ce jour là savez-vous elle était un sourire
Au milieu d’un visage rempli de joie de vivre
C’était cette chaleur qui m’a d’abord séduit 
Car une beauté froide, rien qu’au beau se réduit.
Celle qui l’affichait se montrait généreuse 
Même de sa beauté elle se montrait peureuse
Elle craignait la barrière qui trop souvent s’élève 
Avec ceux qui la voient seulement comme un rêve.
Depuis ce jour béni je mesure ma chance
Que d’avoir sous mes yeux ce cadeau providence
Et mon cœur à son cœur répond à ses avances
Et mon corps et son corps sont pris dans même danse.
Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com