Il n’y faut point penser.
Pour goûter à la vie il n’y faut point penser
À tout ce qui demain pourrait plus mal aller
Pour savourer l’instant il nous faut ignorer
Les malheurs qu’ont les autres ainsi que les dangers.
C’est le prix à payer pour trouver une paix
Qui sans cela s’envole, aussitôt effacée 
Par ce qu’on devrait faire pour pouvoir remédier 
Aux erreurs de nos pairs, et pour les congédier.
Si on a cette chance de vivre à l’abri
Des menaces innombrables et de n’avoir soucis
Profitons en alors ça ne saurait durer
Le monde est autour et va nous rattraper.
Je n’écris pas cela pour calmer mes angoisses
Je suis de ceux qui ne sont pas dans la poisse
Pourtant je réalise combien ça va trop vite
Les changements partout sur tout ce qui existe.
La course en avant chaque jour s’accélère 
Ainsi que la spirale des problèmes sur terre
Je sens combien palpable est cette peur dans l’air
Que demain pour beaucoup ils connaissent l’enfer.
Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com