Un bon plan vers Planès.
C’est un jour de printemps, les crocus sont sortis
Le groupe n’est nombreux mais nous voilà partis
Vers le point de départ sis à la CABANASSE 
Direction le vieux mas bien nommé la Cassagne.
Nous marchons dans les gorges de la rivière Têt 
On y voit de grands ponts quand on lève la tête 
Où passe le train jaune sur la ligne bâtie 
Il y a bien cent ans pour ouvrir le pays.
La nature s’éveille on entend les oiseaux
Déjà les bourgeons pointent au bout des fins rameaux
Nous marchons d’un bon pas dans la forte descente 
Sachant sur l’autre bord qu’il faut monter la pente.
Nous franchissons le ru par une arche superbe
Le sol est piétiné, on n’y voit encore d’herbes
Nous passons en dessous d’une petite gare
Qui dessert le vieux bourg plus haut sous nos regards.
À Planès faisons halte pour nous y restaurer
Contre un mur à l’abri, car l’espace est venté 
En face des montagnes aux sommets enneigés 
Écoutant des poèmes, nous nous sommes posés.
Après la collation nous reprenons la marche
Descendus dans la combe s’y dresse une maison
Une mésange noire volète dans les branches
Elle n’est pas effrayée, longtemps nous l’observons.
Retour sur le plateau et vue panoramique
Sur la belle Cerdagne, le temps est magnifique
Par un dernier effort nous bouclons le parcours
Nous sommes satisfaits d’avoir fait ce beau tour.
Pierre-Jean BOUTET