Les nostalgies amères.
Ils sortent de ce moule des nostalgies amères 
Les regrets que l’on a du monde d’autrefois
Lorsque l’on prend conscience de tout ce que l’on perd
Et que dans l’avenir on ne peut avoir foi.
S’il est doux d’évoquer les joies que l’on a eues
Quand aujourd’hui encore on on est calme et serein
Combien il est cruel de songer que demain
Ces plaisirs d’hier seront à jamais perdus.
Qu’elles semblaient éternelles, sensations ordinaires
Comme humer une fleur, ouïr le chant d’un oiseau
Ou s’allonger dans l’herbe, là tout au bord de l’eau
Regarder le ballet de poissons téméraires.
Comment est-il possible que d’en arriver là 
De douter que demain tout cela sera là ?
Les larmes qui me viennent sont trop chargées de sel
Devant l’horreur d’un vide bien trop tôt sous le ciel.
Elles naissent de ces doutes sur le sort de la terre
Les peurs que je ressens devant ce qui se passe
Lorsque je réalise chaque jour ce qu’on perd
Que n’y peut rien changer et ce quoique je fasse.
Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com