LA FIN DU MONDE
(Triste acrostiche)
L’histoire de la vie bientôt s’achèvera 
À la fin tout est dit, de ce triste opéra 
Fantastiques étaient pourtant les perspectives
Inouï que ce miracle que tant de choses vivent
Nature était intacte avant que l’homme arrive.
De tous temps fut prédit ce sort inexorable
Une fois, mille fois, à tous ces misérables 
Mais ils n’ont entendu comme sonnait le glas
Ou alors ils étaient trop gourmands de galas
N’ont-ils compris les signes d’alarme et d’alertes 
Désormais c’est trop tard, on meurt la gueule ouverte.
En maudissant l’espèce qui a permis cela.
Pierre-Jean BOUTET