Dans l’erreur.
Mille fois répété est l’écho de nos peurs
Fut-il même assourdi qu’il résonne en nos cœurs 
On se cache, on se ment, mais ça reste un tourment
Au point que d’être fou, que devenir dément.
Boule dans l’estomac ou noeud dans notre gorge,
Symptômes bien connu, les livres en regorgent
Mais comment se détendre lorsque l’on sent planer
Un danger sur nos têtes sans pouvoir le nommer.
 
Avoir l’âme inquiète est-ce fatalité ? 
Sentir les vents mauvais c’est bien calamité 
Ils ont peu de répit les esprits aux aguets 
Sentinelles en qui vive, comment donc être gai ?
 
Mais qui donc les écoute, on les traite de fous
Quand bien même ils dérangent, oh combien on s’en fout !
Depuis le temps qu’ils hurlent, qu’ils crient ainsi au loup
Catastrophes en masse, ils enfoncent le clou !
On regarde ailleurs, où il est le bonheur
On jouit de l’instant, on va à cent à l’heure
On ne veut point entendre les oiseaux de malheur 
Comment donc s’avouer que l’on est dans l’erreur.
Rien ne sert on le sait de jouer les Cassandres
De tous temps ont crié sans pourtant qu’on entende
Jusqu’au bout l’homme espère en des signes trompeurs
Bien trop tard il fuira quand il voit ses erreurs.
Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com