Nous mettre à l’envers.
Quand il s’est envolé sur un rayon de lune
On a dit de Pierrot qu’il était courant d’air
Quand alors à son tour il a saisi sa plume 
On a lors dit de lui qu’il faisait de l’écume 
Vois le pauvre Pierrot sur son croissant là-haut
Qui verse bien des larmes en recherchant ses mots
Recueille cette encre pour en nourrir tes vers
Car les pleurs de Pierrot nous mettent à l’envers.
Quand il s’est échappé sur un doux air de danse
On a dit d’Arlequin qu’il n’était qu’inconstance
Quand alors sur un tour il s’est fait arc-en-ciel
On a dit lors de lui qu’il n’était essentiel.
Vois triste Arlequin sur son arche de cœur 
Qui verse bien des larmes de toutes les couleurs 
Recueille cette encre pour en nourrir tes vers
Car les pleurs d’Arlequin nous donnent de l’ardeur.
Quand elle s’est dissipée dans une ouate de brume
On a dit de Clochette qu’elle n’était qu’un rêve 
Quand alors un beau jour on entendit sa cloche
On a las dit d’elle qu’elle n’était que fantoche.
Vois la pauvre Clochette perdue sans Peter Pan
Qui verse bien des larmes, personne ne l’entend
Recueille cette encre pour en nourrir tes vers
Il n’est d’autre musique qui nous joue plus bel air.
Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com