À la pêche.
Quand je m’assieds ainsi les yeux dans le vague
Libérant mon esprit pour qu’il capte la vague 
Où il ira surfer dans des rouleaux d’écume 
Où il pourra se perdre plus vite dans la brume
Là où vivent les idées, les images et les sons
Qui sont dans ces milieux comme de vrais poissons 
Que je m’en vais pêcher, je n’ai pas d’hameçon
Juste comme un filet fait pour les papillons.
Quand je m’assieds ainsi autour plus rien n’existe
Je me suis évadé sur les voies de l’artiste
Qui cherche à deviner quelle est la bonne piste
Les mots qu’il y trouve seront joyeux ou tristes.
Tous ils s’enrouleront tout au bout de mes doigts
Comme un fil de laine, sorti d’un écheveau
Le motif que je tisse, jamais je ne le vois
Qu’à la fin se devine enfin le vrai tableau.
C’est comme un voyage dans l’autre dimension
Celle dit-on des rêves ou des révélations 
Celle où on voit plus clair, ce n’est qu’une opinion
N’est-ce pas notre monde qui n’est lui qu’illusion ?
Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com