Tout est précaire.
Au milieu des volutes d’une fumée d’encens
Parmi des airs de flûte à la couleur des vents
L’esprit fait la culbute ouvrant de nouveaux sens
Attention à la chute comme on en voit souvent.
Au milieu d’un festin aux mille victuailles
Avec le ventre plein de trop de boustifaille
Le cœur qui se soulève ce n’est de trop d’amour
Attention pas de trêve pour l’estomac trop lourd.
Au milieu des victoires après d’après batailles
Avec tout cet orgueil qui monte à la tête 
On devient vulnérable de bien trop de conquête 
Le danger véritable, c’est de ne voir ses failles.
Au milieu des honneurs que la foule vous rend
Arrive le vertige soudain d’être si grand
Garder un peu mesure, de ce qu’on n’a changé 
Attention à l’enflure, car c’est là le danger.
Au milieu des malheurs qui frappent sans raison
On perd souvent l’envie de vivre pour de bon
Si la lumière luit un peu à l’horizon
Il faut garder l’espoir que se lève la sanction.
Au milieu des beaux jours, tous remplis de bonheurs
Où chantent des chansons là tout au bord du cœur
Ne jamais oublier que seul le présent compte
Que le ciel s’assombrit toujours en fin de conte.
Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com