Non de nom !
Je vois avec le N qu’on peut être à la peine
Que penserez vous alors il je vous dis mes N
Si à mon tour aussi je file cette laine
En évitant surtout les noeuds que sont les haines.
On dit que de mener toujours une vie saine
De ne jamais avoir de pensées trop obscènes 
De ne pas tout tenter pour rester sur la scène 
De ne dire ces mots que tant d’autres assènent 
C’est presque une assurance de ne porter de chaînes 
De garder cet espoir qui aide et nous entraîne
De vivre un amour qui nous fait roi ou reine
De nous garder très loin de tout ce qui trop gêne.
On dit qu’avec le N, on recueille des non
Aussi de ces réponses auxquelles on donne un nom
Refus et résistance plutôt qu’approbation
Le N est une lettre qui entre en rébellion.
Pour tant le N est nous, un symbole d’union
Alors c’est vrai qu’on peine à s’faire une opinion
Car d’un côté il noue parfois avec passion
D’un autre aussi il noie bien tout en dérision.
Le N n’est novice, mais nerveux c’est notoire
S’il a dit-on des vices, c’est bien une autre histoire
Le N est un nervi, qui sert ou noms ou nombres
Il a bien comme nous aussi des zones d’ombre.
Pierre-Jean BOUTET