Oh !
Celle là est riche, si étrange aussi 
Qu’elle en constitue un très joli défi 
Déjà d’étonnement on poussera des O
Que serait donc nos vies si on les privait d’O ( eau)
En un cercle parfait, un ovale parfois
Oh combien symbolique, presque un acte de foi
Rappelant à la fois le soleil et la lune
D’autres comme elle il n’y en a aucune.
Très proche du zéro, mais pas de confusion 
Notre O lui nous ouvre de multiples horizons
Quand associé au s, il charpente nos êtres
Pour aussi donner so(t) que nous sommes peut être.
Quand il s’impose à « eau » et bien nous désaltère 
Où nous amène haut mais c’est une autre affaire
Il joue tout à la fois de la voix et du son
S’il y des O partout y a bien une raison !
Au lieu qui n’est haut lieu, en haut qui n’est en eau
Comment de pas s’y perdre quand on entend tant d’O
Mais la langue française si friande de mots
Ne pourrait se passer d’un son qui est si beau.
De plus il se prononce la bouche arrondie
Car le O est partout je vous l’avais bien dit !
Même le jour venu de nos derniers repos
Avant qu’on mette en terre notre corps et nos os
Combien sans l’avouer rêvent d’aller en haut
Avec sur la tête un tout doré anneau ?
Car elle nous suit partout ce depuis le berceau 
Car ce sont beaux cadeaux que son et lettre O.
Pierre-Jean BOUTET