Des objets dérisoires.
Je songe parfois au vide d’un lieu sans objets
L’esprit à la dérive l’espace est mon sujet
Étouffé par ces choses qui viennent l’encombrer
Ils grouillent tant et tant que n’en puis dénombrer.
Devant cette profusion des objets en tous genres
De ceux que l’on achète et que d’autres nous vendent
Sans trop savoir pourquoi et ce qu’on en fera
Dans le fond d’un placard c’est le sort qu’il aura.
Mais tant d’autres partout les murs, les étagères 
Les armoires, les tables, tous les meubles en sont pleins
Dites moi donc un peu si par là j’exagère 
Qui de cette invasion ne s’est-il déjà plaint ?
Qui donc n’a pas rêvé que du strict nécessaire 
Sans pouvoir s’en tenir à ce vœu volontaire ?
Qui donc n’a pas cédé à ce geste impulsif
De vouloir acquérir un objet sans motif ?
Serions nous devenus bientôt des accessoires
Nous mêmes des objets au destin dérisoire
Impuissants à agir maintenant c’est notoire
Sans ces milles objets qui autour crient victoire.
Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com