Farceur le F.
C’est au pays des fées ou bien celui des elfes
Que cette lettre est née sans doute d’un grand chef
Elle a de l’énergie c’est un paquets de nerfs
Comme en période de rut le serait un grand cerf.
Le F est fameux mais n’en a rien à faire
Il montre à la fessée son plus joli derrière
Il aime à foison, il aime à la folie
Il a mille façon de faire la fête aussi.
Ils ne sont pas très fiers ceux qui baisent Fanny
Plutôt qu’à son derrière c’est bien à sa foufoune
Que ces fâcheux félons allument leurs foyers
Fouettez les sans férir car ils sont très grossiers.
C’est pourtant au final qu’on verra ses ficelles
Le F n’est pas finaud et pas non plus futé 
Quand le F est flûté, il fait son fier à bras
Et quand il est fâché, attention aux faux pas.
On a tous fait des farces, qui ont parfois foiré 
Ainsi que des efforts, au point de s’effrayer
Mais le F se fraye son chemin sans faiblir
Le F est un chef qui ne saurait faillir.
Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com