Cynique.
Longtemps je ne compris que quelqu’un fut cynique
Tant la vie paraissait à mes yeux magnifique
Tant notre société cultivait le progrès 
Et la science perçait peu à peu tous secrets.
Puis avançant en âge je perçu les méfaits
Que les hommes faisaient, que rien n’était parfait
Petit à petit je vis que la nature
Supportait vraiment mal toutes nos aventures.
Il advint que dès lors je me vis contester
Les voies que nous suivions, même à protester
Il faut être impudent pour les contrecarrer
Les pistes sans issues où l’homme est engagé.
Ne point accumuler, ni garder dans ses serres 
Ne surtout gaspiller ce que donne la terre
En revenir au vrai, au concret salutaire
Dire à la vérité le frugal nécessaire.
C’est par l’écologie qu’on revient aux racines
D’une philosophie que je rêve unanime 
Qu’on voit que les puissants bientôt nous assassine
L’argent est le poison qui tous nous contamine.
Si je suis à vos yeux à présent bien cynique
C’est parce que la vie est pour moi magnifique
Je ne désire point que toutes nos pratiques
Ne viennent à bout bientôt de ce cadeau unique.
Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com