Mais quel hommage ?
Si je devais un jour écrire un bel hommage
À un homme, une femme, bref à quelqu’un de sage
Je crois que j’écrirai pour cela sur la page
Les mots qu’ils ont laissés en guise de message.
Quelle que soit l’époque, les gens que l’on évoque 
On n’en retient toujours que les belles paroles
Elles nous parlent de paix, d’amour, de liberté
C’est pourtant las des guerres que toutes elles sont nées.
Je pourrai comme avant les graver dans le marbre
Ou comme un amoureux dans l’écorce d’un arbre
Moi je préférerai les fondre dans les cœurs
Pour qu’ils ne battent plus pour toutes nos erreurs.
C’est lors à Hubert Reeves ou à Pierre Rabhi
Dont je comprends les mots, dont j’apprécie les dits
C’est à de grands savants plutôt qu’à de grands chefs
Que je dirai bravo, j’inclinerai mon chef.
Ou bien devant des femmes comme Simone Weil
Dont la conscience fut toujours bien en éveil 
Devant des gens de paix, de concorde et d’amour
Plutôt que devant ceux qui furent des vautours.
Même en cas succès, c’est l’échec que l’on voit
Quand au profond de l’homme, la bête y aboie
Elle ne reste domptée que par de rares voix
Lorsqu’elles se sont tues, elle reprend ses droits.
Alors jusqu’à présent je ne comprends d’hommage
Qu’on puisse faire à l’homme cet animal sauvage
Qui ne sait résister à ses plus bas instincts
Pour qui le bien,le mal, restent forts indistincts.
Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com