In tabernaculum recedo
( je me retire sous ma tente...César, guerre des gaules)
J’ai très longtemps cherché à être éclairé 
Des problèmes du monde pour mieux l’appréhender 
En espérant trouver quelques unes des clefs
Qui pourraient ses malheurs permettre d’amender.
Quand je lis les articles de ces revues de sciences
J’y vois s’accumuler tant de périls immenses
Qu’à présent je le crois et que même je pense
L’homme n’a plus de prise et n’en a pas conscience.
Que de déséquilibres, de vies au bord du gouffre
Dangers accumulés et prêts à exploser
Bombes à retardement, choses incontrôlées 
Le monde c’est partout, de tout cela qu’il souffre.
J’assiste aux soubresauts d’un monde vers sa perte
Quand résonnent plus forts tous les signaux d’alerte
J’assiste impuissants aux ravages exercés 
Par une humanité que l’argent a vicié.
Je suis découragé et donc je me retire
De ces combats perdus lorsque tout devient pire
Je choisis de ne vivre que dans mon pré carré 
Avec tous les gens qui me sont familiers.
D’y accomplir des actes qui restent à ma portée
D’agir sur toutes choses celles que je peux toucher
De rester attentif aux peines qui m’entourent
De veiller la nature partout aux alentours.
Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com