27 février 2019

La raison du poète

  La raison du poète.  Il se montre perclus de tant d’admiration Pour ce monde superbe qu’il a en dévotion Il va chanter de l’homme les plus belles actions La Beauté et le Bien sont ses seules passions Mais a-t-il bien raison ? C’est à longueur de vers qu’il criera sa douleur Sa colère profonde pour ce manque de cœur  La violence de l’homme et toutes ses erreurs Semant l’abominable et nourri de ses peurs. Mais a-t-il bien raison ? Quel que soit le poète c’est un miroir du monde Quelqu’un de... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 15:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 février 2019

Plus fortes.

  Plus fortes. Que dit ce paysage à tous yeux qui le voient  Une scène d’hiver c’est en forêt je crois Où neige et bouleaux tranquilles se côtoient Dans des jeux de lumière comme on en voit parfois. Je devine autre chose que cette description  J’aperçois la cascade et son écume blanche Et des oiseaux qui luttent comme font les saumons On en suit les ombres dont la noirceur tranche. Serait-ce un aquarium tout plein de raies qui nagent Où flotteraient des algues épaisses comme des troncs ? Ou un... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 15:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 février 2019

Révolution ?

Révolution ? Faut-il comme bien d’autres qu’il aille à Canossa Oublier ce projet qu’il nous cadenassa Fait de ces sacrifices dont le peuple ne veut Et fait de ces cadeaux, aux riches, trop nombreux ? Faut-il qu’il perde un peu, de toute sa superbe Quand il voit qu’on lui coupe sous ses pieds l’herbe ? Faut-il que Jupiter descende de l’Olympe Pour calmer tous ces gens dont il craint qu’ils y grimpent ? On le voit souverain bien qu’au milieu des hommes Les mettre à sa main par ses bonnes paroles Ne renoncer à rien c’est... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 15:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 février 2019

Et l’humain dans tout ça ?

Et l’humain dans tout ça ? Autrefois on riait en parlant de teuf-teuf Pour parler d’une auto, rapide comme un bœuf À présent quand les jeunes se rendent à une teuf C’est toujours dans l’espoir d’y trouver une meuf. Jadis on se croyait dans le coup dans le vent Lorsque on s’essayait à parler en verlan Aujourd’hui le seul mot qu’entendent tous les gens C’est le flouze, c’est l’oseille, tous les noms de l’argent. Une histoire d’amour c’était tout un roman Depuis les premiers pas, jusqu’au premier serment Aujourd’hui plus... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 15:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 février 2019

Le mot qui me fait peur

Le mot qui me fait peur. Le mot qui me fait peur, ce n’est pas le mot mort  C’est le mot extinction, car il est bien plus fort La mort elle n’est pas, tu vois, la fin de tout Puisqu’une vie renaît, c’est un cycle c’est tout. L’extinction est une plus grande menace  Car il n’y a plus rien, après la foutue garce Elle ne laisse derrière, de nous aucune trace Je ne sais même pas ce qui prendra la place. Si un jour je m’en vais, j’ai l’espoir qu’après moi La vie continuera, à travers mes enfants Que tout ce que... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 15:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 février 2019

Un havre

Un havre. Au bout d’un long chemin tu trouveras la ferme Même si elle n’est pas de ta quête le terme Elle t’accueillera comme elle fait pour tout homme Je te conseille fort d’arriver en automne. Tout y est coloré dans des teintes vieil or Comme si elle brûlait et cela dès l’aurore. Ne te fie pas, ami, à ce curieux décor  Elle est à l’intérieur plus chaleureuse encore. Tu y déposeras ton sac et tes soucis Le temps ici s’écoule mais sans faire de bruit Elle est hors du monde et sur toi se referme  Comme une... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 15:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 février 2019

banderilles

Banderilles.Ce n’est pas tous les jours parfois je capituleOu plus exactement c’est vrai que je reculePlus par prudent réflexe que par savant calculDevant cette bêtise que les hommes accumulent.C’est comme s’ils plantaient mille et une banderillesDans ma chair trop sensible où bien sûr elles se vrillentQuand cela va très loin que c’est plus que bisbillesJ’ai la larme à l’œil et voyez comme il brille.Quand l’homme se comporte comme un vrai vandaleQu’il hurle avec les loups et forme ses cabalesJe n’ai plus su une envie c’est partir en... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 15:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]