Un havre.
Au bout d’un long chemin tu trouveras la ferme
Même si elle n’est pas de ta quête le terme
Elle t’accueillera comme elle fait pour tout homme
Je te conseille fort d’arriver en automne.
Tout y est coloré dans des teintes vieil or
Comme si elle brûlait et cela dès l’aurore.
Ne te fie pas, ami, à ce curieux décor 
Elle est à l’intérieur plus chaleureuse encore.
Tu y déposeras ton sac et tes soucis
Le temps ici s’écoule mais sans faire de bruit
Elle est hors du monde et sur toi se referme 
Comme une protection cette étrange ferme.
Mais si tu veux sortir ferme bien la barrière 
Repère le piquet qui se trouve derrière 
Car elle disparaît elle en pleine lumière 
Et ne réapparaît qu’à la bonne prière.
Celle du pèlerin en recherche d’un havre
Mais beaucoup ne le savent et cela ça la navre
Elle hante les chemins de tous ceux qui se cherchent
Mais elle on ne la trouve que quand on ne la cherche.
Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com

4F254004-7747-45E9-B8C0-2BA9D70769EE