Même si elle n’est pas douce.
Quand l’envie s’effiloche au déclin de l’espoir
D’une vie en galoches du matin jusqu’au soir
Quand au fond des poches, tu n’as qu’un vieux mouchoir
Que tout semble moche, quoique tu puisses voir,
Assied toi et regarde une aube se lever
Un papillon qui boit le nectar d’une fleur
Un oiseau se poser dans le saule pleureur
Admire la nature, elle pourra te sauver.
Ces hommes qui t’ignorent ou qui te méprisent 
Cette vie avec eux, tu n’y a pas de prises
Quitte vite ces villes où tu n’as pas ta place
Rejette cette vie qui te broie et te lasse.
Retrouve le chemin qui te mène vers toi
Avec mère nature réconcilie toi
Cultive y ton champ, va boire à la source
Tu auras moins besoin que soit remplie ta bourse.
Quand rien n’a plus de sens, quand plus rien ne te pousse
Que tu n’as qu’un désir, c’est de mettre les pouces
Évade toi des lieux, et pars dans la cambrousse
Renoue avec la vie même si elle n’est pas douce.
Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com