Toujours vert.
Des forêts abattues avant d’avoir grandi 
Pour des esprits têtus moi c’est ce que j’en dis 
Quand ne sait plus trop de quoi c’est le symbole
Mais qu’on veut dans la fête qu’il y joue bien son rôle.
Quand c’est d’abord sa forme qui après tout importe 
La jolie pyramide boules et guirlandes porte 
Quel besoin de couper des arbres par milliers
Pour que dans nos poubelles ils soient abandonnés.
Le mien est toujours vert quand il sort de sa boîte
Fait de quelques morceaux que aisément j’emboîte 
Depuis plus de quinze ans il trône magistral
Dans un coin du salon avec sa grande étoile.
Je l’y laisse longtemps jusqu’à la mi-janvier
À ses sosies nature il peut se comparer
Il ne perd pas d’aiguilles pas plus que sa couleur
Je le retrouverai toujours avec bonheur.
Sapins, des beaux sapins, j’en ai dans mon jardin
Jamais ne couperai des arbres aussi superbes
Ils méritent respect bien plus que des brins d’herbe
Je veux que la forêt ait un meilleur destin.
Pierre-Jean BOUTET