La tristesse est amère 
Comme un arrière goût aux forts relents de fièvre
Comme celui qu’on a à mâcher du genièvre 
Les regrets que l’on laisse bien trop souvent derrière 
Et qui réapparaissent quand ils sont découverts 
La tristesse est amère 
Comme sont les pensées prises de jalousie
Quand de trop fortes envies les ont bien envahies
Ce qu’on aurait du faire pour garder cet amour
Surmonter les barrières qu’il y avait autour.
La tristesse est amère 
Comme sont les amandes qu’on n’a laissé mûrir 
Comme sont les attentes lorsqu’elles sont trahies
Demeurent de ces temps comme une longue traîne
Où les remords survivent comme de lourdes chaînes.
La tristesse est amère 
Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com