Doux refrain.
Quand j’entends jouer enfin ce doux refrain
Je me love timide dans l’ombre de tes reins
La musique qui flotte en courants aériens 
Me donne cette envie de n’être plus que rien
Blotti comme une note dans le chaud de ton sein.
Pierre-Jean BOUTET