26 novembre 2018

Dans la crique des rêves.

  Dans la crique des rêves. Le cœur percé de flèches comme un St Sébastien  Mais de ces traits perfides tous remplis de venin Ceux chargés de ces mots fait de mépris, de haine Responsable des maux que partout l’homme sème. Endosse ta cuirasse pour n’en être blessé  Oppose indifférence à ces méchancetés  Laisse les se vautrer dans la fange où ils sont Ignore leurs attaques et ils se lasseront. Élève toi plus haut que ces sombres nuages Sur ce tapis volant qui nous met nous aux anges Tricote nous... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 12:09 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

26 novembre 2018

Obsession.

Obsession. Dans les plis de sa robe j’aimerai me vautrer Et mon coeur se dérobe là même d’y penser, Au creux de son corsage, je voudrai m’égarer  Mais j’ai l’esprit trop sage pour même y songer. De ses habits splendides je veux faire un brasier Pour la voir dévêtue et mon corps s’embraser Mais je me sens stupide tant je suis empêtré  Que veux-tu je ne puis, même la toucher oser. Elle est posée là dessus la cheminée  D’où elle me sourit quand je viens y prier C’est un si grand blasphème que de l’imaginer... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 12:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 novembre 2018

Amis, pardonnez-moi.

  Amis, pardonnez-moi. Amis pardonnez- moi d’ajouter à vos craintes Vous pouvez ignorer mes bien tristes complaintes Mais comment faire ci de ces mauvais augures, De toutes ces nouvelles à la sombre figure ? J’arrive encore un peu bien fugitivement A occulter le pire quand je vois d’un enfant Son innocent sourire, et ses yeux confiants Sa joie chasse le voile l’espace d’un moment. Bien sûr j’admire encore de biens beaux paysages Aussi les papillons, les biches au regard sage Le faucon dans le ciel, un couchant... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 12:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 novembre 2018

Retrouvailles.

  Retrouvailles. C’était par un beau jour du côté de Toulouse Un de ces jours d’automne où certains ont le blues On s’y est réunis, aucun absent du reste Pour revoir une Tati qui nous venait de Brest. Famille rassemblée dans un appartement Vraiment très agréable, tant on le trouvait grand Une nuit s’est passée très confortablement Puis on y a déjeuné chacun prenant son temps. Alors on s’est rendu à la place Wilson Beau lieu de rendez-vous avant que midi sonne Et sur le grand manège plein de chevaux de bois ... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 12:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 novembre 2018

C’est trop facile.

C’est trop facile ! Oh combien c’est facile de dire aux autres, bosse ! Lorsque soi même on roule dans un joli carrosse Ça mange pas de pain, de leur dire, toi bouge ! Lorsque son propre compte n’est jamais dans le rouge. Descend un peu mon cher du sommet de l’olympe Car même Jupiter s’en allait voir les nymphes  Vient te mêler au peuple à celui qui en bave Tu verras un peu mieux à quel point il est brave. Combien malgré tes taxes à quel point il dérouille  Combien il bosse un Max, combien il se... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 12:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 novembre 2018

Pris pour des cons.

  Pris pour des cons. Nous aurait-on pris pour des cons Ou pire pour des béjaunes ? Ils veulent alerter Macron Tous ceux appelés gilets jaunes Celui qui croit que la nation Ne doit rien sinon aux champions Celui qui écrit révolution En nous traitant comme des pions. Si l’on est bien en République  Qu’on croit encore aux mots magiques  De liberté, égalité  Et aussi de fraternité, Nous  On doit se tenir par la main Façon d’affronter des demains De pas laisser sur le côté  Les... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 12:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 novembre 2018

Je n’ai rien demandé.

Je n’ai rien demandé. Je n’ai rien demandé de ce qu’elle m’a donné  Hélas j’ai si peu eu, de ce dont je rêvais  Je n’ai rien regretté de ce que j’ai vécu  Mais j’ai tant espéré de ce que je n’ai eu. Que l’on vienne me dire que la vie n’est ainsi Qu’elle est si peu celle qu’on voulait pour amie Qui pourra affirmer qu’il n’a payé le prix Pour qu’elle se rapproche de son beau paradis ? On peut la célébrer en niant ses noirceurs  Où on peut la maudire oubliant ses bonheurs  On peut la... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 12:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 novembre 2018

Rêveries.

Rêveries. Qui n’en a pas rêvé d’une vie sans nuages D’une vie agréable, d’une vie pas trop sage D’être éternellement aussi jeune que beau  De vivre de plaisirs sans connaître de maux. Mais combien d’éclaircies dans nos ciels souvent sombres  Mais combien de bonheurs dépourvus de ces ombres Mais combien de moments où l’on dit tout va bien Nous vivons dans l’espoir que tout cela advienne. Alors on se résigne à subir nos tracas On tente d’oublier tout ce qui ne va pas On s’accroche aux futurs, tous remplis de... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 12:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 novembre 2018

Petite randonnée en mon pays d’enfance

  Petite randonnée en mon pays d’enfance Parfois quand je reviens sur mes anciennes traces Celles que j’ai laissées dans ce lointain passé  Comme au petit matin, ces chemins où je passe Sur lesquels toutes choses sont à présent changé  Alors inconsciemment souvent je superpose Aux images perçues de la réalité  Tous ces vieux souvenirs qui demeurent stockés  Témoins de mon enfance, dont volontiers je cause. Voici la grande pente, celle des écureuils Chassés par les maisons, et dont j’ai fait... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 12:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 novembre 2018

Tiraillé.

  Tiraillé. Qui n’est pas tiraillé aux risques de souffrances Entre deux fortes envies sans en avoir conscience Celle de ressembler quand même à ses semblables De s’en différencier si on en est capable ? C’est là le drame humain dans sa contradiction Dire aux uns je t’aime car tu es un peu moi Dire aux autres sa haine, de toi je ne veux pas Rechercher ses pareils, mais ne pas être un pion. Défendre sa famille, sa tribu, son pays Mais penser l’étranger comme un ennemi Mais pourtant n’hésiter de l’avoir pour ami ... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 12:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]