Amour quand tu nous tiens
Je sens
Le glissement furtif de tes doigts sur ma peau
Le baume de tes lèvres que je sens dans mon dos
La chaleur de tes cuisses me brûle jusqu'aux os
Tout au creux de mon ventre il fait soudain très chaud.
Toutefois
On a beau l'évoquer et on a beau l'écrire
Quels que soient les mots, choisis pour le décrire
L'amour ne vit jamais aussi fort dans les livres
Il a besoin pour ça que l'on puisse le vivre.
D'ailleurs
Pas plus qu'on ne se lasse d'évoquer ce sujet
On ne répugne jamais à mener ce projet
Serrer tout contre soi un autre à aimer 
Ne jamais épuiser le plaisir de baiser.
Aussi
Au risque de choquer, je choisirai les mots
Les plus appropriés pour dire que c'est chaud
Que la rougeur des joues n'est celle de la honte
Mais du plaisir des corps quand l'un sur l'autre monte.
Pourtant
On aime invoquer de très jolis romans
Quand la fureur des corps se joint aux sentiments
Quand l'estime accompagne le désir et l'envie
Quand on aime quelqu'un avec son cœur aussi.
Enfin
Aussi nombreux qu'ils soient les poèmes d'amour
Qu'ils chantent l'amour courtois ou l'élan des désirs 
Ils tournent autour du pot, car c'est bien tous les jours
Que même sans les mots, nous vivons les plaisirs.
Pierre-Jean BOUTET 
cambredaze.canalblog.com