Armageddon
Mais qu'est ce qui nous retient de renverser la table
Pourquoi les gardons nous, nos têtes dans le sable
Sommes nous donc devenus à présent incapables
De voir où nous conduisent nos actes irresponsables ?
Mais nous avons trop peur de perdre nos avantages
Quand pour les obtenir on doit donner des gages
Le long terme on s'en fout, on pense aux vacances
Ou à cette voiture qui nous fait des avances.
C'est pas notre problème, celui de nos enfants
D'autres ont connu la guerre il n'y a pas si longtemps
Ils s'en sortiront bien, car le génie humain
A toujours su les vaincre, les peurs du lendemain.
Pourtant on le sait bien, que se qui se prépare 
Ne peut être enrayé, que si on met la barre
De tous les changements qu'il faut réaliser
Assez haute maintenant, ou alors c'est raté.
Notre génération est celle de l'abondance
D'un développement, débridé et sans frein
Ou tout nous fut donné la vie et l'espérance
Sans que nous ayons eu, à lutter de nos mains.
Je parle bien entendu des peuples et des nations
Qui ont tout bien conquis et aussi fait main basse
Sur les ressources rares et sont de vrais rapaces
Consommant toujours plus, sans se poser questions.
C'est une parenthèse trompeuse, dangereuse
Où nous avons puisé bien plus que de raison
Dans ce que la terre peut offrir chaque saison
Ça ne peut plus durer, certitude sérieuse.
Tous les voyants bientôt, seront passés au rouge
Et encore trop peu de personnes qui bougent
La plupart sont passifs et ils confient à d'autres
Le soin de tout régler, ils croient aux bon apôtres.
Il nous faut bousculer très fort notre système 
Celui qui seul aggrave et produit les problèmes
Pour le mettre à bas, le règne de l'argent
Il n'y a au présent, rien de bien plus urgent.
Pourtant je n'y crois guère à nos capacités 
De tout remettre en cause, on est trop divisés 
Par toutes nos querelles, nos guerres de religion
Nos intérêts vulgaires et toutes nos passions.
Les temps sont alors proches du grand Armageddon
Quand la terre révoltée, soulèvera les monts
Que les mers déchaînées les terres envahiront
Que les champs desséchés,  plus rien ne produiront.
La planète a connu de grandes extinctions
Des espèces orgueilleuses ont durant des millions
D'années vécu sur terre et leur disparition
N'a laissé derrière elle, que des os à foison.
Nous n'aurons quant à nous rien compris de la terre 
Dans ce laps de temps ridicule et vulgaire
N'ayant pas fait la preuve que notre intelligence
Ne pouvait, arrogants, sauver notre existence.
Certains auront rêvé, de renverser la table
Mais aucun pour cela jamais été capable
De faire société pacifique et heureuse
Notre espèce pour cela, elle est bien trop peureuse.
Nous ne comprenons que force et violence
Depuis la nuit des temps le reste on s'en balance
On tue,on pille,on prend, on se moque des autres
On ne fait d'exception que pour ce qui sont nôtres.
Nos sociétés qu'on dit parfois civilisées 
Ont bien su inventer des formes plus policées 
Pour dominer les autres et faire leurs pillages
Mais derrière le vernis, c'est le même visage.
Nous devrions nous couvrir la tête de cendres
Pour vouloir ignorer ce qui ne peut attendre
La honte est sur nous jusqu'à la fin des temps
Car ceux ci sont très proches, pensons à nos enfants.
Pierre-Jean Boutet
cambredaze.canalblog.com