La chaleur du brasier.

Attend-on trop de l’autre, de ce qu’il peut donner

Ne l’aimerait-on que s’il fait ce qui nous plaît ?
Investit-on en lui dans l’espoir d’un retour
Faut-il mettre interêts aussi sur mots d’amour ?
Bien sûr qu’on est sensible s’il donne en retour
Bien sûr c’est plus facile d’exprimer son amour
Mais pourtant lorsqu’on aime c’est bien sans condition
De l’amour que l’on sème, on ne fait pas moisson. 
Ne verrait-on en l’autre qu’un miroir de nous mêmes 
Qu’il ait mêmes passions, que ses goûts soient les mêmes 
Mais on ne choisit pas comme en magasin
L’autre que l’on rencontre, qui le cœur vous étreint.
L’amour est un grand feu pour certains vite éteint 
Pour d’autres c’est plutôt un long patient chemin
Ce que l’on va construire de par ses différences 
Sera bien plus durable que vertige des sens.
Moi je n’ai de leçons à donner à personne
Pourtant sur mon chemin des vérités résonnent 
L’amour est par moment comme un très chaud brasier
À d’autres, et plus souvent, chaleur sur qui compter.
Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com