Mes bulles.
Je vivais en ces temps comme dans une bulle
Ou plutôt deux ou trois si mieux je le calcule 
Celle de la famille comprenait la maison
Avec mes parents, les filles et les garçons
L’école était une autre de ces coquilles là 
Dans laquelle j’apprenais comme un bon petit gars
Il y avait le maître où parfois la maîtresse 
Les copains et la cour où un grand pin se dresse.
Élargissant un peu le regard on voyait
Un tout petit village qu’un rocher dominait
Avec ses rues, sa place et aussi son clocher
Ses platanes, ses fontaines auxquelles on s’abreuvait.
La pinède autour si pleine de secrets
Était l’ultime bulle que enfant j’explorais
Guettant les écureuils, les cigales et les pies
Tout en grimpant aux arbres pour regarder les nids.
J’étais bien dans mes bulles comme dans des cocons
Bienveillants en un sens pour le petit garçon
Qui grandit à l’abri des peurs et des coups durs
Entouré d’affection et de pleine nature.
Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com