21 septembre 2018

Maldonne ?

  Maldonne ? Les rires sont partout aujourd’hui aux fenêtres Et les drapeaux pavoisent la ville est en fête  C’est le retour glorieux des équipes d’athlètes  Qui furent valeureux et pour beaucoup en tête. Le peuple est porté par la fierté qu’ils donnent Chacun se sent grandi mais il y a maldonne Seuls les champions méritent de porter la couronne Les lauriers sont gagnés par ceux seuls qui se donnent. Qu’importe pour les gens ils sont ceints des couleurs Du pays qui est le leur même s’ils viennent... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 septembre 2018

Les bouquets sont fanés.

  Les bouquets sont fanés. Les bouquets sont fanés des fleurs de ma jeunesse Et les espoirs flétris des élans de jadis Car bien que je sois vieux et bien que ma vue baisse Je vois trop dépérir notre beau paradis. Je sais l’on me dira que le passé fut sombre Entaché par les guerres, les maladies sans nombre Mais cela ne frappait qu’au cœur de nos misères  Et jamais de tout ça ne souffrit notre terre. Les champs refleurissaient, les forêts repoussaient Les oiseaux y chantaient, les abeilles bourdonnaient La... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 septembre 2018

Quelque chose est brisée.

  Quelque chose est brisée. Quelque chose en moi a bien du se briser Pour qu’écrire léger ne puis plus arriver, J’aime toujours autant les rires et les roses, Ils désertent pourtant de plus en plus ma prose. Où sont ces papillons qui frétillants jadis De toutes les couleurs, se prenaient dans mes fils ? Où sont ces jolies brises toutes chargées d’amour Qui enrobaient ma plume de leurs tons de velours ? Mes vers charrient du sombre ou du désespéré  Qui coulent désormais de mes doigts sans arrêt  Que... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 septembre 2018

Pas facile à dompter, l’hippopotame !

  Pas facile à dompter, l’hippopotame ! Elle était annoncée comme vraiment facile Quelques pas à fournir de façon très tranquille Certes elle a commencé ainsi que annoncée  Par la jolie descente dans l’étroite vallée  Que dis-je une vallée plutôt une rigole Taillée par un cours d’eau dans la roche trop molle Traçant un long sillon oui vraiment très profond Au milieu du plateau sans qu’on en ait soupçon. Sur un chemin étroit qui court contre le flanc D’un Mont au nom curieux dit de l’hippopotame  ... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 septembre 2018

Honnie soit-elle.

  Honnie soit-elle Si j’ai peur d’une chose je dois bien l’avouer C’est de la solitude qui de toujours m’effraie Je me sens vide et nu sans personne autour Avec qui parler et partager mes jours. Je n’entretiens aucun dialogue singulier Avec la solitude que je veux ignorer La vie d’abord pour moi c’est d’être entouré  De sentir la présence de personnes aimées. J’ai donc toujours œuvré pour que bien d’autres aiment Venir me retrouver, occuper mon domaine Passer un peu de temps, partager nos problèmes  ... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 septembre 2018

Changements de decor....

  Changements de décors. Nous sommes ces enfants que seuls les temps ont fait Avec hélas pour tous, pas les mêmes effets Quand quelques uns reçoivent les beaux cadeaux des fées  Beaucoup d’autres en encaissent de malheureux méfaits. Ils ne doivent cela en rien à leurs mérites  Mais bien plus, c’est acquis, à ce dont ils héritent  S’ils sont nés du hasard chacun sait que leur sort Dépend à leur naissance de ce qu’est leur décor. Si autour sont des huttes et des terres arides Si l’on gratte les sols,... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 septembre 2018

S’ils en viennent à douter...

S’ils en viennent à douter.... On craint de la nature un vrai effondrement Quand tous ses équilibres perdront leurs fondements On parle des glaciers et de la mer qui monte Du réveil des volcans, de la terre qui gronde Mais bien avant cela, c’est notre affolement Quand on constatera tout est perdu vraiment Il n’y aura plus de règles dans le chacun pour soi Car quitte à tout perdre, il n’y aura plus de lois. Le fragile vernis de civilisation Volera en éclats sous l’affreuse pression L’homme est un animal près à la... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 septembre 2018

Crépuscule.

Crépuscule. Si j’ai avec Ronsard, appris combien la rose Est belle et fragile même si on l’arrose Comme avec Mirabeau j’ai compris que le temps Coule comme la Seine et charrie nos printemps, Je vois un monde où l’Art devient très ordinaire Comme s’il intégrait que nous sommes éphémères  Je vois le crépuscule qui envahit notre époque  Combien sont minuscules, tous nos projets en toc. Si j’ai avec Vinci compris la Renaissance Combien alors l’Europe pouvait en être fière  Comme avec Diderot j’eu accès aux... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 septembre 2018

Post apocalyptique.

Post-apocalyptique Jamais au grand jamais, pourront l’imaginer Lorsqu’il ne sera plus que caillou déserté  Balayé par les vents ou par mille tempêtes  Ce grand paradis bleu, je devine leurs têtes  Eux dont nous sommes aujourd’hui les ancêtres. S’ils survivent, miracle, à toutes nos erreurs S’ils ont su surmonter mieux que nous leurs vraies peurs  Ils n’auront comme rêves que de partir ailleurs Vers un monde qui pourrait leur offrir le meilleur, Mais condamnés à vivre, jusqu’au bout, leurs malheurs. ... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 septembre 2018

Furtive.

  Furtive. Quand je l’entraperçue au fond de la coursive Image subliminale, et vision si furtive Je sus malgré cela que j’en serai brisé  Que mon coeur, à jamais, en serait prisonnier. Était-ce le grand voile posé sur ses cheveux Lui faisant une traîne soulevée sous mes yeux Était-ce le regard tout rempli d’éclairs noirs  Qui d’un coup de harpon a accroché l’espoir ? Rien qu’une silhouette, mais aussi quelle allure ! A peine un visage, mais en pleine figure ! Est-ce alors cela que l’on dit coup de... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]