Absurde.
La somme de hasards tous au petit bonheur
La roue de la fortune qui déchire les coeurs 
La loterie sans âme aux fruits âcres ou meilleurs
Et le lancer de dés aux faces de frayeurs,
Nos vies sont les jouets de ces jeux sans morale
Nous sommes ballotés mais tout ça est égal 
Tous à la même enseigne dans tout ça au final
La remise à zéro nous est à tous fatale.
Nos vies n’ont d’autre sens que la vie elle même 
Depuis l’aube des temps elle décline ce thème 
Elle fait mille essais dont certains sont ratés 
D’autres plus réussis, pourront un peu durer.
Nous cherchons tous bien sûr à cet absurde un sens
Tant nous voudrions y croire que notre existence
N’est pas dans ce grand jeu juste une occurrence
Une probabilité dotée d’un peu de chance.
Alors nous inventons des dieux ou des principes
Nous créons des valeurs pour que l’on participe
A la grande illusion des civilisations
Toutes ont disparu, elles n’étaient qu’inventions.
Il ne restera rien des ambitions altières 
De cette humanité d’elle même si fière 
Juste quelques signaux sur de vieux murs de pierre
Lorsqu’elle sera en tout redevenu poussière.
D’autres vies surgiront pour rejouer ces jeux
Dont on ne sait pas trop quels sont les vrais enjeux
Sommes-nous les joueurs, ou sommes-nous les pions
Est-ce bien important de poser la question ?
Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com