L’amour d’une mère 
Qui viendra comme toi tendrement me sourire
Me prendre dans ses bras et me tendre la main
Une mère jamais elle ne devrait partir
L’amour devrait gagner même contre le destin.
Les femmes sont amour mais celui d’une mère 
Ne se peut oublier tant il nous a construit
Des élans de la mère nous sommes bien le fruit
Comme celui qui sort du profond de la terre.
Je pense à toi ma mère, je ne t’ai assez dit
Montré combien je t’aime lorsque j’étais petit
Cet amour d’une mère que autant moi j’ai pris
Qu’il n’avait pas de prix, depuis je l’ai compris.
De l’amour j’en ai eu plus tard d’une autre femme
Lui aussi m’a réjoui celui de ma compagne
Mais l’amour d’une mère n’exige de retour
Il vous est tout acquis, et dès le premier jour.
Celui qui est tendresse et enveloppement
Celui qui est caresse en tout très tendrement
Celui à votre adresse sans besoin de serment
Celui quand elle vous presse et vous berce en chantant.
Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com