Contrastes.
Il veut depuis toujours percer tous les mystères 
Connaître au delà des simples apparences
Il veut savoir sans frein ce qu’il y a derrière 
C’est là le sens pour lui que de son existence.
Il prend depuis toujours ce dont il a désir 
Il aime avant tout d’abord de conquérir 
Il fait en toute chose ce qui lui fait plaisir 
Pour ça il est aussi parfois prêt à mourir.
Les hommes sont contrastes et apprentis-sorciers
Les hommes sont voraces et trop souvent pompiers
Des incendies terribles qu’ils ont su allumer 
Aveugles aux catastrophes qu’ils peuvent déclencher.
Les hommes sont multiples, quand quelques uns sont sages
Beaucoup trop sont cupides, n’entendent les messages
Ne tirent de leçons de leurs erreurs passées 
Veulent croire toujours, que tout va s’arranger.
Il rêve de grandeur dans sa vie ordinaire
Il se voudrait glorieux, mais il n’est que vulgaire
Il se croit généreux mais il n’est qu’égoïste 
Il ne pense qu’à lui, mais se voudrait altruiste.
Les hommes sont capables d’atteindre au grandiose
Quand ils croient tous ensemble à une même chose
Le temps des cathédrales ou celui des fusées 
Montrent que le sublime reste à sa portée.
Mais la plupart du temps, dans l’horreur il se vautre
Quand sa cupidité fait la guerre aux autres
Quand il se croit le maître, quand il n’est que l’élève 
Quand il nie ce qu’il est, et au final en crève.
Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com