Tout appelle à l’amour.
Au cœur de ton sourire lorsque parlent tes yeux
Dans ta main qui s’accroche au creux de mes cheveux
Dans ton sein qui palpite sous le lin du corsage
Dans ces mots balbutiés à l’oreille au passage,
Tout transpire l’amour et l’envie d’un alliage
De la danse des corps trop longtemps au sevrage
De ces jeux sans lesquels la vie est bien trop sage
De ces joutes amoureuses où l’on oublie son âge.
Dans ton ombre chinoise portée sur le rideau
Dans la mousse du bain qui dévoile ton dos
Dans les plis de ce drap posé contre tes seins
Dans ta jupe qui vole sont nichés ces desseins
Tout appelle à l’amour, à l’envie, à la rage
Que la danse des corps soit douce soit sauvage
Dans ces jeux où reviennent toujours les mêmes images
D’où l’on sort apaisé comme après l’orage.
Dans la danse bercée par un timide slow
Dans un repas à deux sous un pâle halo
Dans la lettre écrite avec de tendres mots
Dans tous ces rendez-vous sans toucher le gros lot
Tout invite à l’amour, à l’envie, au passage
A la danse des corps pour atteindre au rivage
De la mer de plaisirs où se noient tous les sages
De ce livre chacun devrait tourner les pages.
Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com