Fredaines.
Autrefois on était indulgent des fredaines
Surtout si l’on était jeune et aventureux
Mais ce ne sont las que des calembredaines
Déjà à cette époque, fallait être sérieux.
D’ailleurs même les jeunes prennent de la bedaine
Si ce n’est tout de suite, c’est en devenant vieux
Quand aux files souvent si elles ne sont mondaines
Leurs bêtises elles cachent derrière leurs beaux yeux.
Maintenant les sanctions peuvent être soudaines
Des qu’on enfreint la loi, alors c’est du sérieux 
N’écoutez surtout pas leurs sottes faridondaines
Ceux qui disent le contraire sont des gens dangereux.
S’insurger contre ça, est bien chose très vaine
Échapper au carcan ce n’est qu’un rêve au mieux
La liberté a des allures d’une demi-mondaine
Certes elle vous séduit, c’est un piège vicieux.
On peut toujours bien sûr accomplir des fredaines
Il faut juste veiller qu’elles le soient loin des yeux
De tous ceux qui se prennent pour de fiers capitaines
Mais ne sont de ce fait que de tristes envieux.
Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com