La voie fatale, la voix fatale.
Je l’entends chaque jour qui souffle en tempête 
Je la vois tous les jours se réjouir de ses fêtes 
Je la sens un peu plus présente dans les têtes 
J’ai l’effroi qu’un beau jour elle fasse ma conquête,
Quand à bout d’arguments, c’est elle qu’on oppose
Quand à court de raisons, c’est elle qui s’impose
Quand il y a tant de gens qui plaideront sa cause
Quand ça parait plus simple que des tonnes de prose,
Partout et chaque jour elle gagne du terrain
Nourrie et par nos peurs, et nos envies de gains
Elle a l’avantage des choses primitives
Qui au fond de chacun est une force vive.
Que ce soit par des mots ou par toute autre voies
Que ce soit par la voix où choses qu’on envoie
Que ce soit envers un ou bien la multitude
Elle relève toujours d’une même attitude.
Dire à l’autre c’est moi qui commande ici
Ma seule volonté est une loi pour toi
Tout droit ou liberté dès lors je te dénie 
Tu devras te soumettre ou alors gare à toi !
Vous l’aurez deviné de qui je veux parler
Aucun de nous je crois, n’en est las exempté 
Nous avons tous versé dans sa facilité 
La violence est en nous comme un cancer, ancrée,
La violence gouverne hélas nos destinées.
Pierre-Jean BOUTET