Fils du vrai et du rêve.
Sur la bulle irisée dansent tant de reflets 
Qu’on la croit enchantée et de rêves peuplées 
Elle flotte légère au hasard des courants
Puis explose soudain tout en disparaissant
Tout au cœur de la nuit naissent souvent des rêves 
Où les désirs enfouis eux jamais ne s’achèvent 
Ils passent si fugaces au hasard des moments
Puis n’en restent que traces dans le jour levant.
Rêves ou réalités ils sont dans nos mémoires 
Et partagent de fait tous autant notre histoire
Ils ne sont différents que dans l’instant présent 
Le temps dépose en nous leurs pareils faux-semblants.
Car tous les deux s’effacent aussi évanescents 
Ne laissant que leurs marques dans l’esprit ou le sang
Nous sommes fils des deux, du vrai comme du rêve 
Mais il y en a un, que personne m’enlève.
Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com