Croire au paradis.
Aux vents des mornes plaines, j’ai confié mes soucis
Aux temps perdus en vain, j’ai donné mon ennui
Tout ça ne sert à rien, pas de sens à la vie
Mais que ça fait du bien, de croire au paradis.
Au vide de l’éther, je m’en suis donc remis
A ce manque d’entrain, je me suis oui soumis
Si au creux de mes reins, je ne sens plus de vie
Lorsque on n’a plus faim, on croit au paradis.
Sur des routes sans fin, je me suis égaré
J’ai pris tous les chemins qui n’ont point d’intérêt 
Je ne comprends pas bien, il n’y a que des si
Mais je sais qu’à la fin, on croit au paradis.
Les questions sans réponses, demeurent éternelles 
Le pourquoi du comment c’est trop sempiternel
Qui va me dire enfin, ce que je fais ici
Alors c’est aussi bien qu’on croit au paradis.
Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com