Les appétits sauvages
Je pourrais tout repeindre aux couleurs optimistes
Et traiter de fâcheux ceux à la mine triste
Je voudrais croire encore que nous sommes en piste
Tout n’est-il pas permis quand on est un artiste ?
Voir les beaux arc en ciel dissimuler les ruines
Et cacher la misère sous une douce bruine
Je voudrais bien rêver à notre bel éden
Et ne pas voir partout que triomphent les haines.
Que j’aimerai chanter les actes de bonté 
Et les dire plus forts que toutes les violences
Que je voudrai goûter à toute la beauté 
Qui chaque jour hélas disparaît en cadence.
Entendre à plaisir les grands airs d’opéra 
Et ne plus ouïr les cris que poussent tous les rats
Savourez doucement la saveur de bons plats
Et Ignorez la faim qui sévit ici bas.
Je voudrai croire l’homme capable encore de rêves 
Quand dans le même temps il fait tout pour qu’on crève 
Je serai gratitude s’il était solidaire
Mais lui rêve toujours que de partir en guerre.
Adhérer aux valeurs que l’on prétend humaines
Et croire qu’au bonheur un jour elles nous mènent
Ne pas voir le triomphe des appétits sauvages
Qui tiennent pour toujours tous les hommes en cage.
Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com