Réhabilitons le gourmand
Ce n’est plus un péché partout qu’on se le dise
Celui de succomber à toute gourmandise
Le gourmand est souvent beaucoup plus un gourmet
Qu’un goinfre, qu’un glouton qui veut tout enfourner.
Il choisit avec soin ce qu’il veut déguster
Il prend le temps toujours de le bien savourer
Et quel que soit l’objet au fond de son désir 
D’en tirer lentement maximum de plaisir.
À l’encontre hélas de ceux qu’on dit goulus
Pour lesquels tout retard sera du temps perdu
Qui veulent avaler, consommer tout de suite
Pour sitôt se tourner vers autre chose ensuite.
Le gourmand est patient,  il salive un temps
Souvent il imagine le plaisir à venir
Sachant d’ores et déjà à quoi il va tenir
Le gourmand est savant, sur ce qu’il aime tant.
Le goinfre quant à lui n’accorde qu’au moment
D’attention, que déjà il désire autre chose
C’est quand il est remplit qu’il se trouve content
Le plaisir délicat ça le rendrait morose.
Le gourmand est disciple, le sait-on d’Epicure
L’abondance il fuit et même il n’en a cure
En revanche glouton lui n’a d’autre passion
Qu’engloutir davantage sans autre distinction.
Ne vous y trompez pas cela n’est qu’un constat
Car point je me permet de juger ces états 
Juste une préférence pour gourmand, oui je pense
Je laisse à glouton, son choix de l’existence.
Pierre-Jean BOUTET