Les facéties de Pierre
Bien trop court !
Le temps dont on dispose on le trouve bien court, de même que cet âge où on fait notre cour. Il y a toujours quelque chose, après quoi on court, ne serait-ce à l’école pour y suivre les cours. Le temps du prisonnier, lui n’est jamais trop court, bien long celui que lui a infligé la cour. D’ailleurs les courtisans y font dans d’autres cours, beaucoup de rond de jambes, d’autres y sont hélas bien pendus haut et court.
Pourquoi donc s’étonner du cours de notre vie, s’il nous paraît si court, c’est bien pourquoi l’on court pour y faire sa cour, suivre bien tous les cours, jouer sur bien des courts, et là je suis à cours...mais d’autres mots accourent donc je vais couper court.
Pierre-Jean BOUTET