Pas d’autre choix
Quelles que soient les claques qui nous tordent le nez
Quelles que soient les flaques où l’on s’est embourbé 
Jusqu’à ce qu’elle nous plaque, dise c’est terminé 
On la rêve orgiaque, alors qu’on est damné.
Faut-il que l’on y tienne, pour s’accrocher ainsi
Pour qu’elle nous retienne, malgré nos avanies
Pourtant quoiqu’il advienne, il en sera ainsi
Cette vie est la mienne, je la veux réussie.
Elle est assez maligne pour caresser le poil
Qu’on en soit ou pas digne, pour elle c’est égal 
Elle suivra sa ligne que jamais elle dévoile 
Sauf à travers des signes, logés dans les étoiles.
Elle a dedans ses poches des merveilles à offrir
C’est pour ça qu’on s’accroche et ne veux pas mourir 
Pour certains c’est trop moche, ils ne veulent souffrir
Qui leur fera reproche, quand ils veulent partir ?
Plus de haut que de bas, si tu as cette chance
Vainqueur de tes combats, tu gagnes en confiance 
Moins de haut que de bas, si frappe la malchance 
Vaincus dans tes combats, tu vis la défiance.
En dépit des échecs, qui forment une croûte 
De ses salamalecs, qui génèrent les doutes
De nos prises de bec, de toutes nos déroutes 
On n’est jamais à sec, pour poursuivre la route.
Pourquoi s’en étonner quand on n’a d’autre choix
Cela est ordonné, il n’y a d’autre voie
On y est abonné, dès lors que l’on est soi
Qui pour me pardonner, si je ne suis sa loi ?
Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com